Raclette de fromage

De quelques flatteries...

Prenez la moitié d'une roue de tomme, fromage des Hautes-Alpes. (Bon, on n'en veut pas trop à Toulouse Lautrec pour cette méprise...)

Piquez ce morceau avec une fourchette en métal à long manche et présentez cette tranche à un clair feu de bois de sapin. Lorsque le fromage commence à fondre, raclez le avec un couteau en bois et déposez un rond bouillant de cinq à huit centimètres sur les assiettes, posées sur des réchauds de braise. Salez légèrement, et poivrez.

Accompagnez ces ronds de fromage, dits raclettes, de pommes de terre grillées sous la cendre, et de vin de Fendant, ou de tout autre vin ayant goût de pierre à fusil. Avalez des raclettes tant que vous le pourrez.

"Ce plat est recommandé aux chasseurs de chamois, et aux alpinistes, qui, après plusieurs journées de haute montagne, reviennent exténués de fatigue, n'ayant qu'envie de boire et incapables d'absorber un aliment solide tels que pain, viande."

Recette tirée du recueil "L'art de la cuisine" par Toulouse-Lautrec et Maurice Joyant, mémorial des plats qu'ils inventaient pour embellir leurs soirées.

Ne leur déplaise, il y a au chalet un appareil à raclette 🙂
A vous de jouer !

Et pour ajouter une touche impressionniste, osez les épices :

cumin, paprika, curry, et piment d'espelette...